Pompe à chaleur air eau

Le prix de l’énergie ne cesse d’augmenter et va s’aggraver, aussi les solutions de chauffage à la fois économiques et écologiques sont de plus en plus recherchées. La pompe à chaleur air-eau est souvent l’une des solutions qui permettent de réduire la consommation d’énergies fossiles, mais aussi de rendre du pouvoir d’achat consacré au chauffage. Cette démarche est soutenue par le Gouvernement, qui dans certains cas précis peut allouer différentes aides financières, mais aussi par les Certificats d’Energies (exemple : Partager La Croissance).

Le principe de la pompe à chaleur air eau

En utilisant l’air comme source d’énergie (comme «carburant»), la pompe à chaleur air-eau fournit à son propriétaire une ressource énergétique gratuite et intarissable. La pompe à chaleur capte les calories contenues dans l’air et les transforme en chaleur. Un fluide frigorigène à l’état liquide capte les calories présentes dans l’air extérieur et élève sa température avant de se transformer en gaz.
Un compresseur électrique aspire le fluide gazeux, le compresse et le fait monter en pression. La pression du fluide chute sous l’effet du détendeur avant la phase d’évaporation.
L’énergie ainsi produite va permettre de chauffer de l’eau qui peut ensuite alimenter la distribution d’un réseau de chauffage existant, que ce soit par l’intermédiaire de radiateurs ou d’un plancher chauffant. Il faudra alors déterminer que la pompe à chaleur air-eau soit en basse ou haute température selon les «émetteurs» de chauffage en place, afin d’éviter de les changer.
L’eau chaude produite peut également permettre de produire de l’Eau Chaude Sanitaire, contrairement à la pompe à chaleur air-air.
Les performances de la machine sont également liées aux températures extérieures. Mais la plupart des pompes à chaleur existantes résistent à des seuils pouvan aller jusqu’à -15°, voire -25) C.

Les avantages de la pompe à chaleur air eau

La pompe à chaleur air-eau est un excellent moyen de réaliser des économies. Elle peut s’adapter à toutes les installations de chauffage fonctionnant déjà à l’eau chaude, en remplacement d’une chaudière au fioul ou au gaz par exemple. Sans modification du circuit hydraulique existant. Elle convient à tous les types d’habitations : appartements, logements anciennes, villas récentes, même dans les copropriétés (si accord du syndic de copropriété).
Il suffit juste de disposer d’un peu d’espace pour installer le groupe extérieur, à un endroit où le bruit généré (même s’il est contrôlé sur les machines de dernière génération) par celui-ci ne soit une nuisance.

Ce qu’on appelle aussi la pompe à chaleur aérothermique rencontre un grand succès, c’est avant tout parce qu’elle offre un rendement important. Jusqu’à 70% de la chaleur dont vous avez besoin pour vous chauffer, ou pour votre eau chaude sanitaire, sera directement produite grâce à l’air extérieur.
Pour autant, bien sûr elle consommera aussi de l’électricité mais parfois 4 fois plus économe qu’un chauffe-eau classique pour l’ECS, ou qu’une chaudière.

Il faut cependant la calibrer au besoin le plus juste, en fonction de critères généraux de la construction et de l’isolation de la maison, et de paramètres personnels ; température souhaitée, etc…
Les travaux d’installation d’une pompe à chaleur ne sont pas trop importants.
Elle ne nécessite pas non plus d’autorisation administrative préalable.
Dans le cas où vous souhaitez conserver votre chaudière, vous pouvez également installer la pompe à chaleur en « relève » de la chaudière (en complément).
Les performances d’une pompe à chaleur air-eau sont élevées. Elle possède des CoP (coefficient de performance) pouvant atteindre 5 ; ce qui signifie que la puissance calorifique développée est 5 fois supérieure à la consommation !
Enfin, elles peuvent dans certains cas rafraîchir l’air en période de chaleur, mais non le climatiser.

Plusieurs types de pac :

  • La Pompe à chaleur air-eau monobloc : un seul module regroupe le module hydraulique et le compresseur à l’extérieur.
  • La Pompe à chaleur air-eau bibloc : dans ce cas le compresseur est à l’extérieur de l’habitation, et le module hydraulique est situé à l’intérieur.

Bon à savoir : l’article 15 de la loi de finances pour 2020 transforme le CITE en prime forfaitaire versée par l’ANAH au moment de la réalisation des travaux. La transformation intégrale du CITE en prime est prévue en 2 temps.

Au 1er janvier 2020 , pour les ménages les plus modestes, le CITE et l’aide Habiter Mieux Agilité de l’ANAH fusionnent en une prime nouvelle : MaPrimeRenov’. La demande s’effectue en ligne sur Maprimerenov.gouv.fr. Le CITE est maintenu jusqu’au 31 décembre 2020 pour les ménages aux revenus intermédiaires.

Au 1er janvier 2021 : suppression définitive du CITE et extension du bénéfice de la prime aux ménages aux revenus intermédiaires.

Pour être éligibles au CITE, les pompes à chaleur doivent avoir une efficacité énergétique saisonnière pour le chauffage, calculée avec leur appoint électrique ou à combustible fossile :

• efficacité énergétique ≥ 126 % pour les PAC basse température
• efficacité énergétique ≥ 111 % pour les PAC moyenne ou haute température.

Les inconvénients :

Le rendement de la pompe à chaleur air-eau est dépendant de la température extérieure : la performance diminue selon que l’air est plus froid.
Dans certains cas, il peut être conseillé d’opter pour une chaudière hybride qui combine deux énergies distinctes, dont une renouvelable avec par exemple une chaudière à gaz), ou deux renouvelables avec un appoint photovoltaïque.

Bien choisir sa pompe à chaleur air eau

Le choix d’une pompe à chaleur air-eau n’est pas forcément évident.
Les économies d’énergie que vous pouvez réaliser vont dépendre de votre position géographique, vos besoins de chauffage, de la puissance de votre pompe à chaleur air/eau, mais aussi de l’humidité autour de l’habitation.

1. Évaluer vos besoins

La surface, le volume, la température de confort souhaitée sont autant de points qui permettent de déterminer vos besoins. Remplacement ou relève de chaudière ? Chauffage seul ou production d’eau chaude ? Refroidissement en été ? Le mieux est d’évaluer la puissance nécessaire avec un professionnel QUALIPAC ou QUALIFELEC RGE.

2. Faire confiance à un professionnel RGE QualiPac ou Qualifelec

RGE signifie “Reconnu Garant de l’Environnement”. Les deux labels sont la gage de qualité des installateurs de pompe à chaleur.
Privilégier une entreprise RGE pour l’installation d’une pompe à chaleur air/eau, permet également de bénéficier des aides en vigueur, si éligible.

3. Vérifier la performance de la PAC

Pour bien choisir, préférez un équipement au COP (Coefficient de Performance) pertinent par rapport à vos besoins et à la configuration de votre maison.
Plus le Coefficient de Performance (COP) est important, plus la pompe à chaleur sera performante.

4. Souscrire à un contrat d’entretien annuel

Même si l’utilisation de la PAC est très simple, un entretien annuel est vivement recommandé, même s’il n’est pas obligatoire pour garantir des performances pérennes. Le chauffagiste veillera alors à changer les filtres encrassés (source de perte de performance de la PAC et d’une dégradation de la qualité de l’air intérieur) et vérifier le raccordement et la bonne marche de votre pompe à chaleur.

Afficher tous les 76 résultats

Afficher tous les 76 résultats